Un saucisson versatile et viril

cuisine-sublime-FR.png
Combien de marins, combien de capitaines ont béni le saucisson du marin ? Cette merveille gastronomique apportait un peu de réconfort aux Terre-neuvas, ces bagnards de la mer, dans un univers hostile et glacial.

Créé spécialement pour eux au début du 20e siècle, lorsqu’ils partaient pêcher la morue pendant 4 longs mois à bord des voiliers, puis des chalutiers, cette providentielle provende améliorait leur ordinaire médiocre et leur moral en berne.

Aujourd’hui, les morutiers antiques ont disparu, mais l’ancien en-cas des Terre-neuvas est resté, toujours élaboré selon la même recette : des échines de porcs entières, salées à la main au gros sel de mer, fumées au bois de hêtre et longuement séchées pendant cinq à huit mois.

À l’apéritif, il fait toujours un malheur. Mais ce bon garçon accompagne aussi avec panache la plupart des plats salés. Alors lâchez-vous et osez les nouvelles associations. Il se prêtera avec grâce à vos expériences culinaires innovantes, comme le gazpacho vert, en ajoutant une note virile à laquelle Raymond ne résistera pas.

Faites cuire 200 gr d’exquis petits pois et 2 courgettes de toute beauté dans une casserole d’eau bouillante salée, pendant 6 minutes de bonheur intense. Égouttez-les et plongez-les dans un grand saladier d’eau glacée. Ce traitement brutal stoppe net la cuisson dans son élan. Égouttez à nouveau ces pauvres petites choses transies, avant de les transférer dans votre beau blender. Ajoutez un petit carton de lait de coco, un verre d’eau et 4 feuilles de menthe. Mixez furieusement, salez, poivrez et mettez au réfrigérateur pour quelques heures. Placez 4 tomates cerise au congélateur. Au moment de servir, émincez 4 tranches très fines de saucisson du marin. Versez le gaspacho dans de jolies verrines, décorez avec le saucisson, saupoudrez de piment d’Espelette. En touche finale raffinée, déposez une tomate cerise dans chaque verrine. Souriez, bombez le torse d’un air avantageux et servez cette entrée de gala avec fierté.

Cette recette vous a plu ? D’autres, tout aussi sublimes vous attendent dans :

Éloge du saucisson


porculus.png